Nicolas Laurent-Bonne, « Prescription de l’action en délivrance d’un legs » (note sous Civ. 1re, 30 septembre 2020, n°19-11.543), AJ Famille 2020, p. 601

Publié le : 12/01/2021 12 janvier janv. 01 2021

Interprétation de la clause bénéficiaire désignant les « héritiers » de l'assuré décédé
Arrêt rendu par Cour de cassation, 1re civ.

En 2011, une mère laissait pour lui succéder ses deux enfants. Aux termes d'un testament olographe rédigé en
2001, elle avait institué légataires à titre universel sa fille et sa petite-fille, léguant à chacune d'entre elles la moitié
de la quotité disponible. En 2006, le juge des tutelles plaçait le de cujus sous tutelle et désignait sa fille en qualité de
tutrice. Sur autorisation du même juge, la tutrice avait vendu l'appartement de sa mère et souscrivait, à l'aide du prix
de vente, un contrat d'assurance vie. Elle désignait par ailleurs les « héritiers » du majeur protégé comme
bénéficiaires des garanties en cas de décès. Au décès, la compagnie d'assurance procédait à une répartition
conforme aux quotes-parts héréditaires dictées par le testament, dont la validité n'avait pas été contestée, à savoir :
1/3 pour le fils (ses droits réservataires), 3/6 pour la fille (ses droits réservataires et la moitié de la quotité disponible)
et 1/6 pour la petite-fille (la moitié de la quotité disponible). Le fils de la défunte reprochait à la compagnie
d'assurance d'avoir commis une « faute d'imprudence » en répartissant le capital décès différemment que par moitié
entre les deux héritiers réservataires. Dans un arrêt du 31 oct. 2018, la cour d'appel de Rennes (Rennes, 31 oct.
2018, RG n° 16/00758) a cependant débouté l'héritier qui s'estimait lésé. La cour a ainsi estimé que le terme «
héritier », auquel se référait exclusivement la clause bénéficiaire, était suffisamment défini pour identifier les
bénéficiaires au jour de l'exigibilité du capital décès et pouvait parfaitement désigner les héritiers légaux ou
testamentaires du souscripteur. Considérant qu'un légataire à titre universel n'est pas héritier, le fils portait alors le
litige devant la Cour de cassation, qui rejette son pourvoi en ces termes 

Historique

<< < 1 > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.